BIENTÔT LA FIN DE LA RECOLTE POUR LES HARICOTS

Partager

LE GROUPE MAÏSADOUR
Cette année est compliquée dans le Sud-Ouest, premier bassin de production pour les haricots. Pour le premier semis, qui a lieu d’avril à fin juin, les récoltes se sont terminées début août.

C’est la pleine période de la récolte des haricots, une campagne marquée par la sécheresse historique.

Cette année est compliquée dans le Sud-Ouest, premier bassin de production pour les haricots. Pour le premier semis, qui a lieu d’avril à fin juin, les récoltes se sont terminées début août. Pierre Pinchauret, Responsable des cultures contractuelles et biologiques du Groupe Coopératif Maïsadour, confirme que les rendements ne sont pas tout à fait au rendez-vous : « Nous avons enregistré une baisse de la production de l’ordre 25 % en dessous des prévisions. Selon les variétés, l’amplitude de rendement est importante, avec l’objectif atteint pour le haricot plat, mais à 50 % pour l’extra-fin. » Les conditions climatiques chaudes et extrêmement sèches ont pénalisé ces cultures réalisées en plein champ.

haricots-récoltes-champ-actualités9

Baisse du rendement

Ajoutez aux températures de plus de 35°C un apport d’eau journalier insuffisant, on comprend les difficultés à produire des haricots de manière optimale. Pour la seconde culture, avec des semis en juillet-août, les récoltes vont se poursuivre jusqu’à la mi-octobre. La chaleur et la sécheresse se sont prolongées durant le mois septembre, entraînant là encore une perte de rendement. « Tant sur les haricots que sur le maïs doux, nous n’avons pas eu cette pluie qui aurait permis d’améliorer les rendements sur la fin de saison, regrette Pierre Pinchauret. Pour les haricots extra-fins, les variations seront fortes en fonction des parcelles. Pour les haricots plats, attendons encore un peu avant de tirer le bilan. »

Tension sur le marché

A l’échelle de Maïsadour, les haricots représentent 1 100 hectares de surfaces cultivées dans les Landes et en Gironde. 46 producteurs de notre Groupe Coopératif apportent à Aquitaine Légumes Surgelés (ALS), l’unité Ardo basée Saint-Sever, les légumes produits par nos adhérents dans la cadre d’une politique contractuelle.

Dès la fin juillet, Ardo, leader européen du marché des légumes surgelés, a alerté au sujet d’une tension sur le marché du haricot extra-fin. La France est le numéro un des légumes en conserve en Europe et le quatrième pour les surgelés. Mais cette année, les producteurs ne pourront pas fournir tous les volumes demandés par les clients industriels.

LE GROUPE MAÏSADOUR

Partager l’article