IMMUN’ : UNE SOLUTION INNOVANTE POUR LA SANTE DES ANIMAUX

Partager

Le Groupe Maïsadour
L'APPROCHE GLOBALE DE MAÏSADOUR POUR BOOSTER LES DÉFENSES IMMUNITAIRES DES ANIMAUX

IMMUN’ est un ensemble de solutions et de techniques alternatives utilisables en élevage qui permet de booster le statut immunitaire des animaux. Après une étude approfondie et individuelle de l’exploitation, un bilan de l’élevage est dressé, afin de voir comment optimiser la prévention et éviter les traitements allopathiques. Les potentielles carences sont ainsi détectées et une solution sur-me­sure est proposée, en fonction des pratiques d’élevage. Les éleveurs sont formés pour mieux appréhender les risques sanitaires, puis sont audités. Testée sur les ruminants, cette innovation pourrait ouvrir la voie et être employée pour la volaille et même le végétal. 

Nous avons rencontré Gilles Grosmond, docteur vétérinaire depuis 1973 et qui s’est très tôt intéressé aux soins alternatifs en se formant à l’homéopathie, la phytothérapie-aromathérapie et la chromothérapie. Récompensé à trois reprises au concours d’innovation des Sommets d’Or, Gilles Grosmond a fait de l’ap­proche globale sa vocation, en étudiant chaque cas dans son entièreté pour proposer la solution la plus adaptée. L’auteur de « Santé animale et solutions alternatives » a accepté de répondre à nos questions sur Immun’. 

Dans quel cadre la démarche Immun’ apporte-elle un plus au bien-être animal ?
G.G : La démarche Immun’ n’est pas fondée en priorité sur le bien-être animal. Il s’agit d’une démarche élémentaire qui repose sur ce que sont les animaux. Prenons l’exemple des bovins, qui existent depuis 100 millions d’années. Il faut analyser leur essence même, et respecter ce qu’il sont intrinsèquement afin de leur apporter un état stable et une bonne santé. Ils ont besoin d’une eau de qualité, d’une luminosité adaptée et d’un respect de leur rythme biologique et de leur physiologie. 

Une fois cette logique acquise, le bien-être vient de surcroit. Autre exemple, celui des poules pondeuses, qui ne devraient pas être en cage car cela amène un état de stress qui va engendrer une dépression du système immunitaire. L’essence même d’immun’ est de comprendre que ce n’est pas aux hommes de décider de ce que doivent être les animaux. En s’adaptant aux besoins primaires des animaux, la méthode Immun’ leur apporte un meilleur statut immunitaire naturellement.

Quelle est votre recul sur toutes ces nouvelles méthodes ?
G.G :Très souvent aujourd’hui, deux méthodes sont utilisées. La première est de remplacer les molécules chimiques par les molécules naturelles. Il s’agit alors de se demander ce que l’on peut faire pour être dans un soutien des fonctions animales, sans faire apparaître d’effets secondaires. Chez les animaux, tout comme dans le végétal par ailleurs, bien souvent ce sont les cocktails qui sont dangereux, pas la molécule en elle-même.

En second lieu, les méthodes alternatives sont régulièrement utilisées, telles que l’homéopathie, phytothérapie ou encore l’oligothérapie. Cela n’apporte pas une réponse globale. La force d’immun’ est de s’adapter à chaque situation afin de proposer la meilleure solution, qu’elle soit composée d’algues, de plantes, d’oligo-éléments ou même des trois combinés. Dans ce cas, nous avons une démarche globale.


Pourquoi travailler avec Maïsadour ?
G.G : J’ai trouvé en Florent Duclos, responsable de marché chez Sud-Ouest Aliment (SOAL), une oreille attentive et passionnée par le sujet, avec une envie de comprendre la logique et de la transmettre via des formations. Je trouve exceptionnelle la façon dont Maïsadour a pris le problème, et je suis persuadé que la Coopérative prend une longueur d’avance sur le sujet grâce à Immun’.

Le Groupe Maïsadour

Partager l’article